Écologie et art

Un jour, le néant rencontre le vide. Il lui demande  :  dis-donc, ça pas l'air d'aller très fort ? Le vide lui répondit :

Et non, je suis plein, trop plein de l'ivresse des hommes. Le néant lui conseilla alors, de faire le vide (sic) pour oublier ses tourments ou de faire de l'art pour se retrouver seul à seul avec lui-même.

 

La philosophie aime par ailleurs poser cette question  : "Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien" (Leibniz, Heidegger, entre autres).

 

Ce qui est sûr que bientôt, la vie ayant disparue sur terre, plus personne ne pourra poser cette question : "Pourquoi il n'y a rien alors qu'avant il y avait quelque chose".

 

Si la naissance de l'industrialisation a donné de grands tableaux enfumés notamment chez William Turner et Claude Monet, l'art doit aujourd'hui être témoigner des dégâts de l'activité humaine sur la nature.

Anthropocène, collapsologie sont des mots savants que l'artiste doit doit maintenant ajouter à son vocabulaire.

 

L'échouage (fenêtre sur cour) acryl 40x40cm - FP
La canette et le néant - acryl 50x50cm - FP
Le sang du glacier acrylique 30x30 cm
L'oiseau mazouté

L'oiseau mazouté

( cadre réalisé à partir du recyclage d'un baril d'une grande compagnie pétrolière )

 

 

 

six feet under - acrylique 45x54cm - FP

Les incendies de forêt vu par Philéas :

Philéas - La forêt aux arbres noirs -